0

Pour une discipline "Documentation"

Posted by Ludovic Gavignet on 14:16 in
La documentation : une matière à enseigner !

A défaut d'une matière documentation, cette discipline est transmise par le biais de travaux interdisciplinaires ou lors de séances de travail au CDI dans les collèges et lycées généraux. Or, la documentation ne peut se contenter de ces "bribes" d'enseignement, tant cette discipline est indispensable dans la vie professionnelle mais aussi personnelle de chaque individu. Pourquoi la documentation est-elle enseignée dans les établissements agricoles (dépendants du ministère de l'agriculture) et pas (réellement) dans les collèges et lycées généraux (dépendants du ministère de l'éducation nationale) ? Pour tenter de répondre à cette question, il convient tout d'abord de dresser un état de la situation actuelle de l'enseignement documentaire. Ensuite, il s'avère utile d'étudier l'intérêt d'un tel enseignement afin de dégager un squelette de programme. Finalement se dégageront des pistes pour étudier la nécessaire hétérogénéité d'un tel enseignement.

1) La documentation : un enseignement qui progresse mais qui demeure marginal !
La documentation consiste en une discipline enseignée dans les établissements agricoles. Des heures de cours sont prévues, un programme est mis en place, des objectifs clairs sont définis, bref, la documentation tient exactement la même place que toute autre manière.
Or dans les collèges et lycées généraux, la documentation n'est pas transmise par le biais de cours magistraux. Cette discipline n'est en effet transmise que grâce aux travaux interdisciplinaires qui ne prennent qu'une infime part de l'emploi du temps des élèves. Certes cet enseignement passe aussi lors de toute recherche par un élève ou groupe d'élèves lorsqu'ils se rendent au CDI, lorsqu'ils font des recherches suivies par un enseignant, ... Toutefois cela soulève une question essentielle : Les enseignants (hormis les professeurs-documentalistes) sont-ils aptes à assurer un réel enseignement de la documentation lors des recherches ou du rendu des travaux des élèves par exemple ? Ainsi, outre le lieu CDI et le professionnalisme de l'enseignant-documentaliste, où et qui d'autre peut assurer un véritable enseignement de la documentation (dans le cadre scolaire puisque c'est tout là l'objet de ce billet) ? Pourquoi l'Education Nationale ne considère-t-elle pas cette carence dans la formation des élèves ? En quoi l'absence, plutôt le trop peu d'enseignement de la documentation est-il préjudiciable ?

2) La documentation : des capacités à développer et des connaissances à forger tout au long de la vie ou comment partir avec un sérieux handicap dans sa vie professionnelle ?
La documentation est au coeur de toute profession : savoir acquérir, traiter et communiquer de l'information utile dans les meilleurs délais tout en détectant la désinformation. Aucune profession ne passe outre. Certes, certaines professions demandent moins de "documentation" que d'autres, mais toutes sont concernées de près ou de loin par cette discipline. De même dans la vie personnelle il est indispensable de savoir gérer l'information sous toutes ses formes : organiser un voyage, faire ses achats (identifier des vendeurs et leur sérieux, cerner ses besoins réels, trouver les meilleurs prix ou la meilleure qualité, ...),
Certes vous me répondrez peut-être savoir gérer cela avec facilité et efficacité, mais cela est sûrement le fruit de votre expérience : à vos débuts, ses actions étaient-elles aussi aisées et efficaces que cela ? Bien évidemment, je ne veux pas dire par là que la documentation se substituera à l'expérience, mais qu'elle constituera simplement un atout de connaissances et compétences déjà acquises qui rendront donc les expériences de la vie beaucoup plus vertueuses et rapides. En effet, forts de connaissances et compétences acquises lors de son parcours scolaire quel qu'il soit, le jeune ou l'adulte dispose d'atouts indéniables pour cerner, contrer et résoudre les éventuels problèmes qu'il sera amené à rencontrer dans sa vie "de tous les jours" et sa vie professionnelle. L'information est au coeur de notre société (cf. le concept de "société de l'information" déjà obsolète comme j'en parle dans un précédent billet). Savoir la gérer au plus tôt confère d'indéniables atouts pour répondre aux exigences de cette société. Etre citoyen aujourd'hui passe indubitablement par un statut de "citoyen de l'information" ; citoyenneté qui doit passer par des cours et actions fréquents et non seulement ponctuels comme c'est le cas actuellement.
Aussi, la documentation s'avère essentielle dans la vie scolaire de l'élève. En effet, fréquemment il est demandé aux élèves de réaliser des recherches, de faire des dossiers, d'élaborer des études, de préparer un exposé, ... Les élèves y arrivent certes sans avoir eu de cours magistral de documentation, mais s'ils en avaient eu, cela aurait accélérer leurs recherches, les auraient rendues plus efficaces et pertinentes. Comment en être sûr ? Il suffit d'étudier la qualité de travaux tels TPE, à des travaux réalisés en groupe dans une matière spécifique sans intervention de l'enseignant-documentaliste.
Mais alors, qu'enseigner, quand commencer, ... ?
L'enseignement de la documentation doit être pris au plus tôt ... car l'enfant est lui-même de plus en plus tôt baigné dans la surinformation ... Aussi je pense que l'enseignement de la documentation devrait passer par au moins 3 axes essentiels :

- Sensibiliser:
  • définir et croiser les notions de "donnée", d'"information", de "documentation", de "communication", ...
  • comprendre ce qu'est la société de l'information, la désinformation, la surinformation, ... ; identifier la pollution informationnelle
  • connaître les producteurs de l'information (individu, groupes, entreprises, associations, lobbies, médias, ...) et leurs spécificités
  • apprendre à être un "citoyen de l'information"
  • [...]
- La formation initiale :
  • Apprendre à gérer l'information et la communiquer
  • Maîtriser les différents outils et méthodes de recherche dans toute leur hétérogénéité et savoir gérer leurs complémentarités
  • Apprendre à s'informer (savoir collecter l'information depuis différentes sources, croiser différentes informations, identifier la validité et la pertinence d'une information, ...)
  • Apprendre à informer les autres (s'adapter au destinataire, modes de communication, canaux de communication, ...)
  • [...]
- Former à la formation continue :
  • Apprendre à se former tout au long de la vie (seul - notion d'"apprenance" - ou par le biais d'ateliers par exemple)
  • Sensibiliser aux changements perpétuels qui affectent le monde de l'"infodocom" (information, documentation, communication)
  • Savoir s'adapter à son environnement informationnel
  • [...]
Il me semble indispensable que ces 3 stades s'acquièrent en parallèle, au plus tôt c'est-à-dire dès le primaire ou au plus tard dès la sixième. Ceci afin de contrer les mauvaises habitudes (qui risquent de devenir des usages intégrés intellectuellement), et de faire en sorte que l'élève devienne un citoyen de l'information c'est-à-dire jouissant d'un esprit sensible à la documentation et à ses dangers. Après, concernant le nombre d'heures, les programmes, ... cela nécessite une réflexion collégiale des différentes parties (élèves, enseignants-documentalistes, autres enseignants, politiques, pédagogues, sociologues, ...). Ainsi c'est vers un réel enseignement de la documentation clairement et officiellement intégré aux programmes qu'il faut tendre.

3) La documentation : un enseignement hétérogène
La documentation est déjà intégrée dans les programmes disciplinaires et travaux interdisciplinaires. Il est indispensable que ce type d'enseignement demeure. Cela permet en effet aux élèves d'identifier que la problématique de l'information-documentation est intégrée dans tous les secteurs (scientifiques, économiques, sociaux, littéraires, ...)
Néanmoins, cela ne peut suffire. L'enseignement de la documentation doit indiscutablement passer par l'intermédiaire de cours magistraux et autres travaux pratiques, ceci afin que les élèves acquèrent des bases solides et sérieuses. Leur présent d'élève, leur avenir professionnel et leur avenir personnel ne peut passer outre un tel enseignement, tant le handicap acquis par ce déficit de connaissances est important.

La documentation est déjà enseignée ... mais marginalement et non officiellement (hormis dans les établissements agricoles). Ces derniers sont un exemple à suivre : l'efficacité des élèves dans leurs recherches et même dans leurs différents apprentissages disciplinaires n'en est que simplifier et/ou accélérer. Ainsi, il convient de conserver cet enseignement "marginal" de la documentation mais il est indispensable qu'il soit couplé à un enseignement propre de la documantation, c'est-à-dire avec un programme, des heures de cours et des objectifs clairement définis. La polémique est ouverte, espérons qu'elle s'avérera utile et productive ...

Liens vers cet article |

Copyright © 2009 Veille, Doc. et Péda. Tous droits réservés. Theme de Laptop Geek. | Bloggerisé par FalconHive.